TOP
  /  Astuces et Conseils   /  Comment réaliser du bon compost pour votre jardin ?
Agir facilement pour l’environnement avec le compost - Brico Privé

Comment réaliser du bon compost pour votre jardin ?

Saviez-vous que près de 30% des déchets domestiques étaient biodégradables ? Pourtant, la plupart d’entre eux se retrouvent à la poubelle. Mais il existe des solutions. L’une d’elle est connue de tous et est de plus en plus pratiquée par les ménages français : le compostage. Economique et écologique, ce procédé continue de séduire, aussi bien dans les villes que dans les campagnes. Si vous souhaitez vous lancer, jetez d’abord un œil à cet article, vous y trouverez les bases et des astuces pour réussir votre compost comme un(e) pro !

Le compost, c’est quoi ?

Le compost est le résultat d’un processus naturel de transformation des déchets organiques en une sorte d’humus. Les déchets de cuisine et de jardin sont les plus utilisés pour créer du compost. Regroupés dans des bacs, des silos ou tout simplement en tas, ils évoluent ensuite pendant plusieurs mois sous l’effet de l’environnement, de micro-organismes et d’insectes, jusqu’à former une matière très nutritive pour les sols.

Nous vous recommandons

Comment faire un bon compost ?

Obtenir un compost de qualité n’est pas toujours simple. Certaines astuces permettent toutefois d’arriver à un résultat très satisfaisant.

Trouver le bon emplacement

L’endroit où est placé le composteur va avoir une grande influence sur le processus de compostage. En effet, une exposition au soleil trop importante risque de dessécher les déchets et ralentir, voire stopper, le processus. A contraire, un emplacement totalement ombragé favorise l’humidité. Or, un surplus d’eau peut entraîner un déséquilibre, générer des mauvaises odeurs et attirer les nuisibles. Il est donc conseillé de placer son composteur dans un endroit semi-ombragé et facile d’accès.

A savoir : le composteur doit obligatoirement être sans fond pour permettre un contact direct des déchets avec le sol

Faire les bons mélanges

Pour qu’il soit nutritif et efficace, le compost doit résulter du mélange de différents types de déchets. En effet, il existe des déchets bruns ou secs (branchages, copeaux, écorce, feuilles mortes …) et des déchets verts ou humides (tonte fraîche de gazon, épluchures de légumes et de fruits …). Parce qu’ils ont des compositions chimiques différentes, les deux types de déchets sont nécessaires pour obtenir un bon compost. L’idée est de mettre environ autant de déchets de chaque catégorie, l’idéal étant 40% de déchets verts et 60% de bruns.

Ne pas jeter n’importe quoi

Seuls les déchets organiques peuvent être compostés. Toutefois, mêmes organiques, certains sont fortement déconseillés. Parmi eux, on retrouve notamment les bois exotiques, les mauvaises herbes, les plantes malades … Les fumiers frais sont également à éviter.

Remarque : les litières peuvent être compostées à condition d’être biodégradables

Evidemment, la transformation étant naturelle, l’ajout de déchets de petite taille permet d’accélérer le processus. Si vous souhaitez incorporer des déchets de jardins comme des branchages par exemple, l’utilisation d’un broyeur est fortement recommandée.

Avoir les bons réflexes

L’aération et l’humidité sont les clés d’un compost réussi. Il est donc essentiel de brasser régulièrement le compost pour l’aérer et apporter l’oxygène nécessaire aux micro-organismes. Dans l’absolu, à chaque nouvel apport il est conseillé de mélanger les nouveaux déchets avec les anciens. Concernant l’humidité, il faut vérifier régulièrement qu’elle est suffisante, mais pas trop importante. Si vous constatez que le compost est trop sec, ajoutez-y des déchets verts ou arrosez-le.

Comment reconnaître un compost mûr ?

Le processus de compostage est relativement long. En général, il prend entre 4 et 12 mois. Toutefois, selon l’environnement et les micro-organismes présents, la durée peut être plus longue ou plus courte.

Heureusement, il est possible de savoir visuellement si le compost est prêt à être utilisé ou pas. En effet, un compost mûr se reconnaît par sa couleur brune et sa texture grumeleuse. S’il est de qualité, il ne dégage pas de mauvaise odeur et il ne contient pas de déchet reconnaissable.

Remarque : certains déchets mettent plus de temps à être transformés que d’autres, il peut donc être nécessaire de tamiser le compost

Un compost demi-mûr est verdâtre et contient des vers. Il peut être utilisé pour nourrir certaines plantes gourmandes comme les tomates ou encore les courges.

Le lombricompostage : l’alternative pour ceux qui n’ont pas de jardin

Vous l’aurez compris, pour composter, il faut forcément avoir un jardin ou une parcelle de terre. Toutefois, si ce n’est pas votre cas, une solution existe : le lombricompostage. Ce procédé similaire au compostage classique est en fait basé sur la présence de vers. Ces derniers absorbent les déchets organiques et les transforment en compost. Sans odeur, ce système ne nécessite pas de brassage ou d’arrosage et peut même être installé à l’intérieur.

Le compost n’a maintenant plus de secret pour vous ! Vous pouvez vous lancer dans l’aventure sereinement, en prenant bien soin de respecter ces quelques conseils.

Et vous, pour quel type de composteur avez-vous opté ? Un bac, un silo, un tas ou un lombricomposteur ? Dites-le-nous en commentaire !

Retrouvez d’autres gestes bons pour la planète, à appliquer au quotidien, en cliquant ici

Crédits photo : Unsplash & Pinterest

Tutos vidéos

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Praesent tempor, elit vitae convallis dapibus, elit justo dictum nunc, a sagittis justo mi non odio. Aenean quam urna, sagittis a accumsan vitae, sollicitudin eu neque.

Sorry, no posts matched your criteria.
Sorry, no posts matched your criteria.

Laisser un commentaire

Devenez membre de BricoPrivé gratuitement